Un tribunal français condamne la banque suisse UBS à une amende de plusieurs milliards d’euros pour évasion fiscale

Le géant bancaire suisse UBS s’est vu infliger une amende de 4,5 milliards d’euros pour évasion fiscale et blanchiment d’argent. Cette condamnation fait suite à une enquête de sept ans menée par les autorités françaises dans un climat difficile pour les banques traditionnelles alors que ce comparatif de banques en ligne représente le futur du système bancaire en France.

Un tribunal parisien a condamné mercredi le géant bancaire suisse UBS à une amende de 3,7 milliards d’euros pour évasion fiscale et à payer 800 000 euros de dommages et intérêts supplémentaires à l’Etat français.

La plus grande banque suisse a été condamnée pour avoir sollicité illégalement des Français fortunés pour les aider à éviter de payer plus de 10 milliards d’euros d’impôts entre 2004 et 2012 et d’en blanchir le produit.

Les médias français ont rapporté que l’amende était la plus élevée jamais infligée à une banque dans le pays. UBS a déclaré qu’elle ferait appel de la décision, ce qui pourrait retarder davantage l’affaire après plusieurs tentatives infructueuses de parvenir à un accord.

« Cette décision est incompréhensible. Nous ferons appel », a déclaré Markus Diethelm, avocat général d’UBS, à des journalistes en dehors de la salle d’audience. « Nous n’avons vu aucun fait ni aucune preuve. »

UBS a mis de côté 2,46 milliards de dollars pour couvrir les pertes potentielles liées aux litiges et aux exigences réglementaires. L’amende combinée équivaut presque au bénéfice net de 4,9 milliards de dollars déclaré par la banque en 2018. Ses actions ont chuté de près de 4 % à l’annonce de la nouvelle.

Cinq anciens employés de banque de l’UBS et de sa filiale française ont également été condamnés à des peines avec sursis allant de six à 18 mois d’emprisonnement, ainsi qu’à des amendes allant de 50.000 à 300.000 euros. Un ancien fonctionnaire a été acquitté.

Les procureurs ont constaté que l’UBS envoyait des employés pour solliciter des clients fortunés et dissimulait illégalement leurs avoirs de manière « systématique ».

La banque et ses dirigeants  » étaient parfaitement conscients qu’ils enfreignaient la loi française « , ont déclaré les procureurs.

UBS prétendait que les opérations de transfert de comptes de la France vers la Suisse étaient conformes au droit suisse et qu’elle ne savait pas que certains clients français ne déclaraient pas d’avoirs en Suisse.

Le procès a débuté à l’automne dernier après sept ans d’enquête, lancée après que d’anciens employés eurent fait part des pratiques de la banque. L’enquête s’est déroulée alors que les pays européens cherchaient à lutter contre l’évasion fiscale et le blanchiment d’argent à la suite de la crise financière de 2008.

Dans des cas similaires, UBS a conclu un accord de 780 millions de dollars avec les Etats-Unis en 2009 ( lire l’article ), et en Allemagne, elle a accepté de payer une amende de 300 millions d’euros en 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *